Parténaire

Mentions Légales

Sur ce Site , nous faisons tout notre possible afin de vous offrir le meilleur du droit.
La reproduction du contenu de ce Site  est formellement interdite sans notre accord, d’où la mise à disposition de la page  contact. Cette page (mentions légales) est liée au respect des normes juridiques concernant l’informatique. Pour plus amples informations sur les conséquences d’une reproduction illégales nous vous prions de lire le « CHAPITRE II: DES CRIMES ET DELITS CONTRE LA PROPRIETE », dans la « SECTION III : DES FRAUDES » d’où le « PARAGRAPHE II: DE LA FRAUDE INFORMATIQUE »; cité, à commencer de l’article 264 et ses suivants jusqu’à la fin dudit chapitre du code pénal malien (voir ci-dessous) dans cette page.
Il est à noter que les contenus du Site  proviennent des différents documents qui ne concernent que le Droit. Il est nécessaire à rappeler que le contenu d’aucun autre domaine ne figure dans ce Site  que sauf si ce domaine a des contenus juridiques. Parmi ces documents, il y en a dont nous n’avons pas demandé l’autorisation de publication à l’auteur, alors en cas de problème pour des raisons d’utilisations commerciales, ou d’autres usages illégales de ces documents nous ne serons pas tenus responsables. Nous vous avertissons que certains de nos cours n’ont pas été corrigés par les professeurs qui les dispensent, donc pour des fautes de contenus, vous ne devez pas en vouloir ces professeurs. Nous faisons aussi de notre mieux pour corriger le maximum de faute
Dans une vision de faciliter la tâche aux étudiants en « droit », tout en les aidants a se procurer d’une multitude de documents, d’informations internes ou internationales, des portraits des juristes, et les aider a pouvoir savoir où est-ce qu’il doivent  se diriger pour bien comprendre et échapper à la confusion et à la complexité du droit. Il est aussi important de comprendre que le droit évolue autant que la société , donc certains de nos documents peuvent-être anciens.  

PARAGRAPHE II: DE LA FRAUDE INFORMATIQUE
ARTICLE 264: Quiconque, frauduleusement, aura accédé ou se sera maintenu dans tout ou partie d’un système de traitement automatisé de données sera puni d’un emprisonnement de deux mois à un an et d’une amende de 200 000 à 5000 000 de francs ou de l’une ces deux peines.
Lorsqu’il en sera résulté soit la suppression ou la modification de données contenues dans le système, soit une altération du fonctionnement de ce système, l’emprisonnement sera de deux mois à deux ans et l’amende de 1 000 000 à 10 000 000 de francs.
ARTICLE 265: Quiconque aura, intentionnellement et au mépris des droits d’autrui, entravé ou faussé le fonctionnement d’un système de traitement automatisé de données sera puni d’un emprisonnement de trois mois à trois ans et d’une amende de 1 000 000 à 10 000 000 de francs ou de l’une de ces deux peines.
ARTICLE 266: Quiconque aura, intentionnellement et au mépris des droits d’autrui, directement ou indirectement, introduit des données dans un système de traitement automatisé ou supprimé ou modifié les données qu’il contient ou leurs modes de traitement ou de transmission, sera puni d’un emprisonnement de trois mois à trois ans et d’une amende de 200 000 à 50 000 000 de francs ou de l’une de ces deux peines.
ARTICLE 267: Quiconque aura procédé à la falsification de documents informatisés, quelle que soit leur forme, de nature à causer un préjudice à autrui, sera puni d’un emprisonnement d’un an à cinq ans et d’une amende de 2000 000 à 200 000 000 de francs.
ARTICLE 268: Quiconque aura sciemment fait usage des documents informatisés visés à l’article 267 sera puni d’un emprisonnement d’un an à cinq ans et d’une amende de 2 000 000 à 200 000 000 de francs ou de l’une de ces deux peines.
ARTICLE 269 : La tentative des délits prévus par les articles 265 à 268 est punie des mêmes peines que le délit lui-même.
ARTICLE 270 : Quiconque aura participé à une association formée ou à une entente établie en vue de la préparation, concrétisée par un ou plusieurs faits matériels, d’une ou de plusieurs infractions prévues par les articles 264 à 268 sera puni des peines prévues pour l’infraction elle-même ou pour l’infraction la plus sévèrement réprimée.
ARTICLE 271 : Le tribunal pourra prononcer la confiscation des matériels appartenant au condamné et ayant servi à commettre les infractions prévues au présent paragraphe.
NB 
Fourni par Blogger.