LUTTE CONTRE LE FINANCEMENT DU TERRORISME : Le ministre de la Justice sollicite la collaboration des Notaires



Le ministre de la Justice et des Droits de l'Homme, Gardes des sceaux, Mohamed Sida Dicko, a présidé, mardi 24 novembre 2020, la cérémonie d’ouverture de l'atelier de formation et de sensibilisation à l'intention des Notaires en matière de lutte contre le blanchiment des capitaux et financement du terrorisme. La rencontre a enregistré la présence de la Secrétaire générale du Centre National de la Transmission de l’Information des Fond (CENTIF), Aminata Dembélé et du président de l’Ordre des Notaires Yacouba Massama Keita.

L’atelier avait pour objectif d’actualiser les connaissances, les compétences et les aptitudes des notaires vis-à-vis du blanchiment des capitaux et du financement du terrorisme.

L’occasion a été saisie par la Secrétaire générale de la CENTIF d’échanger avec les notaires afin de renforcer la collaboration  dans la lutte contre les criminels financiers.

L’initiative est venue après les difficultés constatées dans l'application de la N° 2016-008 du 17 mars 2016 relative à la lutte contre le blanchiment des capitaux et du financement du terrorisme en vue d’obtenir l’indispensable coopération des notaires à travers le renforcement leur capacité dans la compréhension des dispositions de ladite loi.

Les notaires prêts à collaborer ! 

Au cours de la formation, le président de l'Ordre des notaires, Me Yacouba Massaman Keita a réaffirmé son engagement et celui de sa famille professionnelle à contribuer à la lutte.  

A cet effet, il a souligné de mettre en pratique une synergie d’actions qui fait que le notaire une personne assujettie pour faire face à ce fléau.

A titre de rappel, le Mali a recensé des avancées significatives entre 2008 et 2019. Malgré la densité des infractions sous-jacentes liées au blanchiment de capitaux et au financement du terrorisme, le pays a enregistré très peu de condamnation dans ce domaine. Face à ce triste constat, le Mali a décidé d’élaborer un plan d’action triennal 2020-2022.

Pour sa part, le ministre de la Justice et des Droits de l'Homme Garde des sceaux, Mohamed Sida Dicko a salué l’initiative de cet atelier et la collaboration constante de la CENTIF, avant de préciser que le notaire est le témoin privilégié dans la lutte contre la criminalité financière. Selon lui, cette formation permet aux notaires d'une part d’être à jour par rapport au contenu de la loi et d'autre part à la CENTIF d’accéder à une base substantielle de renseignements.

A en croire le ministre Dicko, il suffit d’avoir des personnes ressources afin de lutter contre ce phénomène, et de dire que les travaux doivent permettre de renforcer les capacités des notaires qui doivent être au cœur de la lutte contre le blanchiment des capitaux et financement du terrorisme. 

En plus, il a profité de l’occasion pour inviter les participants à acquérir des connaissances de base sur la problématique conceptuelle et légale de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

Considérés comme un maillon essentiel dans la prévention et la répression contre la criminalité financière, selon le ministre Dicko, les notaires doivent avoir la vigilance accrue avec l’obligation de déclaration auprès de la CENTIF en cas de suspension de blanchiment.


Fourni par Blogger.